mugir


mugir

mugir [ myʒir ] v. intr. <conjug. : 2>
XIIIe; lat. mugire; cf. a. fr. muir
1En parlant des bovidés, Pousser le cri sourd et prolongé propre à leur espèce. beugler, meugler.
2Faire entendre un bruit qui ressemble à un mugissement. Sirène qui mugit. « Les vents déchaînés mugissaient avec fureur dans les voiles » (Fénelon).

mugir verbe intransitif (ancien français muire, du latin mugire) Pousser un cri prolongé et sourd en parlant du bœuf ou de la vache. Littéraire. Produire un bruit prolongé et sourd : Le vent mugit dans les arbres.mugir (difficultés) verbe intransitif (ancien français muire, du latin mugire) Sens Les deux verbes signifient « pousser le cri propre à son espèce », mais mugir se dit des bovidés (bœuf, taureau, vache, buffle, bison, etc.), rugir des grands félins (lion, tigre, panthère, etc.). ● mugir (synonymes) verbe intransitif (ancien français muire, du latin mugire) Pousser un cri prolongé et sourd en parlant du bœuf...
Synonymes :
Littéraire. Produire un bruit prolongé et sourd
Synonymes :

mugir
v. intr. Pousser son cri, en parlant des bovidés. La vache mugit.
|| Fig. Produire un son analogue à un mugissement. La sirène mugit.

⇒MUGIR, verbe
I.— Emploi intrans.
A.— [Le suj. désigne un animal de l'espèce bovine] Pousser le cri prolongé, vibrant, grave et sonore qui lui est propre. Synon. beugler, meugler. L'onagre a-t-il crié, le bœuf a-t-il mugi quand ils ont eu de l'herbe? (HUGO, Fin Satan, 1885, p. 906) :
1. Aux champs, au fond des terres même, l'absence de bruits n'est jamais entière. Un chien aboie, un taureau mugit de désir en rôdant, une bête maraudeuse jette son cri de chasse...
PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 182.
B.— P. anal. Émettre un cri ou un bruit comparable à un mugissement. Synon. hurler, gronder, rugir; crier, brailler.
1. [Le suj. désigne un animal autre qu'un bovin] Ils reverront le fleuve échappé des grands monts, Où nage en mugissant l'hippopotame énorme (LECONTE DE LISLE, Poèmes barb., 1878, p. 184). Dans les soirs d'Amsterdam, lorsque la brume arrive Sur le fauve jardin, plein d'exaltations, Et qu'on entend mugir vers leur lointaine rive La panthère alanguie et les tristes lions (NOAILLES, Éblouiss., 1907, p. 23).
2. [Le suj. désigne une chose] Faire entendre un bruit ou un son puissant et prolongé. J'entendis un torrent mugir et rouler une vocifération patoise, sonore, caillouteuse (ARNOUX, Paris, 1939, p. 175). J'étais comme le passager attardé qui entend mugir la sirène (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 199) :
2. ... après une pause, l'orgue assisté de deux contrebasses mugissait, emportant dans son torrent toutes les voix, les barytons, les ténors et les basses...
HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 5.
Au fig. [Le suj. désigne un élément de la vie intellectuelle ou morale] S'exprimer, se manifester avec violence. Qu'est-ce que ce drame? Une première pierre peut-être de l'édifice dramatique qui mugit dans ma tête (VILLIERS DE L'I.-A., Corresp., 1855-56, p. 30). Nous nous connaissons sans doute un peu plus clairement qu'autrui, mais chacun doit descendre en soi-même et à mesure qu'il descend les ténèbres s'épaississent jusqu'au tuf obscur, au moi profond, où s'agitent les ombres des ancêtres, où mugit l'instinct ainsi qu'une eau sous la terre (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 188).
3. [Le suj. désigne une pers.] Pousser des cris violents; parler ou chanter avec une force excessive. Mugir de joie. On (...) voyait remuer des mourants à demi calcinés et mugissant de douleur (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 476). Et le train filait toujours (...). Nous approchions de la nuée [Paris]. Des noms s'illuminaient (...). Les doux bêlaient, les aigres miaulaient, les gras mugissaient, les maigres rugissaient (VALÉRY, Soirée avec M. Teste, 1895, p. 85).
II.— Emploi trans., rare. Exprimer, dire, chanter quelque chose, en criant avec une force excessive. Si, malheureusement, une servante venait à passer, il reprenait sa voix de stentor et mugissait : « Allez-vous-en! Allez-vous-en! Fermez la porte! » (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 78). Chez Colonne, la lénitive madame de Granval (...) nous a servi son Chant du Reître, mugi par le pauvre Auguez (WILLY, Bains de sons, 1893, p. 74). Mais Ladourd retombe lourdement sur sa chaise, secoue la tête comme le taureau qui compte ses banderilles, mugit son indignation (H. BAZIN, Mort pt cheval, 1949, p. 105).
Prononc. et Orth. :[], (il) mugit []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin XIIIe s. (GAUTIER DE BIBBESWORTH, Traité, éd. A. Owen, 250); 2. 1507 « produire un bruit comparable à un mugissement » (O. DE ST-GELAIS, Eneide, f° 140b, éd. 1529 ds GDF. Compl.); 3. 1744 verbe trans. je mugis des vers (FAVART, Acajou, I, 4 ds LITTRÉ). Réfection d'apr. le lat. mugire « mugir, beugler; retentir, crier avec violence », de l'a. fr. muir, muire, même sens (XIIe-XIVe s. ds GDF., T.-L.). Fréq. abs. littér. :342. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 796, b) 515; XXe s. : a) 459, b) 220.

mugir [myʒiʀ] v. intr.
ÉTYM. V. 1280; lat. mugire; cf. anc. franç. muir, v. 1112, du même verbe latin.
1 En parlant des bovidés, Pousser le cri sourd et prolongé propre à leur espèce. Beugler, meugler. || Bœufs, taureaux qui mugissent (→ Brebis, cit. 2).
1 Le taureau Gamma releva la tête et se mit à mugir en balançant la gueule. Là-haut le taureau Aurore répondit.
J. Giono, le Chant du monde, II, III.
Par anal., fig. Pousser des cris qui ressemblent à des mugissements. || Énergumène (cit. 1) qui court en mugissant comme un buffle. || Mugir de fureur.
2 Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Rouget de Lisle, la Marseillaise.
(1744). Trans. (Rare). Crier en mugissant. || Mugir des imprécations.
3 (…) la Société chorale « des hommes allemands du Sud » (…) qui tour à tour susurrèrent et mugirent des morceaux d'orphéon, pleins de sensibilité.
R. Rolland, Jean-Christophe, La révolte, I, p. 387.
2 (Déb. XVIe). Faire entendre un bruit qui ressemble à un mugissement. || Le vent mugit (→ Eau, cit. 4; écaille, cit. 3). || Flots, torrents qui mugissent. Mugissant. || Sirène d'alerte mugissant dans la nuit (→ Évoquer, cit. 20).
4 Les vents déchaînés mugissaient avec fureur dans les voiles (…)
Fénelon, Télémaque, IV.
5 Chaque lame qui venait briser sur la côte s'avançait en mugissant jusqu'au fond des anses (…)
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, p. 123.
6 Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes;
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés (…)
Lamartine, Méditations poétiques, « Le lac ».
7 Son port est ameuté de steamers noirs qui fument
Et mugissent, au fond du soir, sans qu'on les voie.
Verhaeren, les Villes tentaculaires, « Le port ».
DÉR. Mugissant, mugissement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mugir — mugir …   Dictionnaire des rimes

  • mugir — MUGIR. v. n. Meugler. Il se dit proprement de la voix & du cry que font les taureaux, les boeufs, les vaches. On entendoit mugir les taureaux. cette vache mugit aprés son veau. Il se dit fig. du bruit que font la mer, & les flots quand ils sont… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • mugir — Se conjuga como: rugir Infinitivo: Gerundio: Participio: mugir mugiendo mugido     Indicativo   presente imperfecto pretérito futuro condicional yo tú él, ella, Ud. nosotros vosotros ellos, ellas, Uds. mujo muges muge mugimos mugís mugen mugía… …   Wordreference Spanish Conjugations Dictionary

  • mugir — v. intr. 1. Dar mugidos; berrar. 2.  [Figurado] Bramir, rugir. 3. Soar com estrondo …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • mugir — verbo intransitivo 1. Emitir (el toro o la vaca) su voz característica: Las vacas se han pasado toda la noche mugiendo. 2. Hacer (el viento o el mar) un ruido fuerte y ronco: El viento mugía entre las velas …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • mugir — Mugir, neutr. acut. Comme crient les boeufs et taureaux, Mugire, dont il vient …   Thresor de la langue françoyse

  • mugir — (Del lat. mugīre). 1. intr. Dicho de una res vacuna: Dar mugidos. 2. Dicho del viento o del mar: Producir gran ruido. 3. Dicho de una persona: Manifestar su ira con gritos …   Diccionario de la lengua española

  • mugir — (mu jir) v. n. 1°   Il se dit proprement du cri du taureau, des boeufs, des vaches et d animaux analogues. •   Le monstre bondissant Vient aux pieds des chevaux tomber en mugissant, RAC. Phèd. V, 6. •   Le taureau ne mugit que d amour ; la vache… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • mugir — {{#}}{{LM M26751}}{{〓}} {{ConjM26751}}{{\}}CONJUGACIÓN{{/}}{{SynM27417}} {{[}}mugir{{]}} ‹mu·gir› {{《}}▍ v.{{》}} {{♂}}Referido a un toro o a una vaca,{{♀}} dar mugidos o emitir su voz característica: • Se oía mugir a los toros que estaban sueltos …   Diccionario de uso del español actual con sinónimos y antónimos

  • MUGIR — v. n. Il se dit proprement Du cri du taureau, des boeufs et des vaches. On entendait mugir les taureaux. Cette vache mugit après son veau.   Il se dit, figurément, De la voix humaine, quand on la force, et qu elle approche du mugissement. Cet… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.